L’Alhambra

“Fais-lui l’aumône, ô femme, car il n’y a pas plus grande peine que d’être aveugle à Grenade” 

Ainsi s’exprimait le poète mexicain, Francisco de Icaza, lors de sa venue à Grenade ( XIX ième Siècle).

Arrivé , de bonne heure, la veille, j’ avais pu saisir l’ ambiance de cette ville. Tout d’abord en arpentant les vieilles ruelles de l’Albaycin, alors que je cherchais à rejoindre le mirador Saint Nicolas,  car je savais qu’un des plus beaux point de vue sur l’Alhambra m’y attendait.

Ce vieux quartier de Grenade ( Albaycin) hébergeait le noyau primitif de la cité antique, et il a gardé tout son aspect mauresque, par sa construction, ses petites ruelles, ses échoppes à touristes, .. des voix, de la musique, des odeurs, .. une manière de vivre, .. 

Le Mirador Saint Nicolas, permet aux touristes, d’apprécier d’un seul regard, l’écrin dans lequel se situe l’ Alhambra, .. la Sierra Nevada, semble être la gardienne de ces lieux majestueux.
Sur l’esplanade Saint Nicolas, les touristes s’émerveillent, des jeunes jouent de la guitare, .. et bien sûr !! ..les appareils photos, crépitent. 

Les deux photos qui suivent essaient de faire ressortir cette ambiance.

Puis, enfin !!! .. vint la visite de l’ Alhambra.

Au loin, la Sierra Nevada enneigée

C’est du mirador San Cristobal que l’on a la Sierra Nevada en fond !! .. presque centrée.
Ci dessous, on surplombe le quartier de l’Albaicín, et l’ancienne muraille ziride du XIe siècle est bien visible.

Los Chinos

En descendant le chemin de los Chinos (entre le Generalife et l’Alhambra), les Palais Nasrides sont à gauche, et on rejoint la médina, Albaicín, le vieux quartier de Grenade – Photo ci-dessous.

Palais Nasrides et l’Alcazaba

A gauche , une partie des Palais Nasrides et à droite l‘Alcazaba, la forteresse.

Dépendances chrétiennes dans les Palais Nasrides.

Couloir aérien communiquant la Salle des Ambassadeurs (à droite) avec les appartements du Roi (à gauche) – Photo ci-dessous.

Le Mexuar est le plus ancien des trois Palais Nasrides

Ici, c’est le jardin de Machuca (Architecte du Palais de Charles Quint), les cyprès taillés, symbolisent les galeries manquantes. C’est l’ entrée principale.

La salle du Mexuar.

Au fond de la salle se trouve l’Oratoire, une petite salle d’où l’on peut voir le quartier de l’ Albaicin avec les restes de la muraille.
Les murs de toutes les salles sont finement décorés.

La cour du Mexuar et la façade du Palais de Comares

La partie supérieure est protégée par un large auvent en bois de cèdre – Les deux portes de forme rectangulaire et non en forme de fer à cheval, marquent l’entrée du palais officiel du sultan.

Façade du Palais de Comares

Les fenêtres fermées avec des jalousies en bois, nous indiquent les chambres des concubines qui pouvaient voir sans être vues – Dans le Palais de Comares se déroulait la vie officielle de la cour – Les parties les plus significatives sont la Cour des Myrtes, la salle de la Barca, et la salle des Ambassadeurs.

La cour des Myrtes

C’est le centre du Palais de Comares – Depuis la salle de la Barca

37m de long sur 24 de large – L’eau se change en un miroir, quand il ne pleut pas, .. zut !!! Les deux galeries Nord et Sud sont identiques avec 7 arcs en plein cintre aux chapiteaux décorés à mouqarnas ( prismes ou polyèdres en bois ou en stuc).

La Salle des Ambassadeurs

C’est est la plus majestueuse du palais. Elle fut la salle du trône et où les réceptions officielles étaient organisées. Elle est pleine d’inscriptions décoratives : textes du Coran, louanges à Dieu, poèmes, etc…

Il faut imaginer, le Sultan voyant arriver de très loin les ambassadeurs,et,  lui, restant dans l’ ombre de cette salle, et n’apparaissant aux visiteurs qu’au dernier moment !!! 

La cour des Myrtes 

La cour des Myrtes (Vue dans le sens opposé) – Au fond la galerie nord et la Tour de Comares

La galerie Nord, en face, fait communiquer le patio avec la salle de la Barca et le Salon des Ambassadeurs.

Arcs de la salle des Mouquarnas

Juste avant d’arriver à la cour des Lions.
Les mouqarnas sont des prismes ou des polyèdres en bois ou en stuc – Il est possible de recouvrir n’importe quel type de surface.
On devine la Cour des Lions, à l’arrière.

Un arc à mouqarnas – Jeu des formes et lumières

Dans la salle des mouqarnas donnant sur la Cour des Lions

Plafond de la salle des Abencérages

Une des quatre salles qui entourent la Cour des Lions
Les mouqarnas représentent les stalactites de le grotte où, selon la légende, vécut le prophète Mahomet – La symétrie est parfaite, et il faut imaginer cette voûte colorée, il subsiste des parties bleutées !

Le Palais des Lions (Harem)

Où se passait la vie privée du roi et de sa famille.
La cour des Lions est au centre du Palais – Les 124 colonnes de marbre qui entourent le patio, symbolisent une forêt de palmiers. – La fontaine avec ses douze lions représenteraient les signes du zodiaque ou les mois de l’ année ?

La Cour des Lions

De chacune des salles, sur les côtés, coule une rigole menant l’eau vers le centre pour être déversée sous la fontaine.

MIRADOR DE LINDARAJA

Lindaraja. ..Lindaraixa, ..Raixa, ..  mère du roi Boabdil, le dernier des Rois de Grenade,  (XV ième siècle).
Lieu de détente de la favorite du sultan.
Les moulures de ces murs sont pleines de poèmes et d’évocations spirituelles.
L’intérieur du mirador est une petite salle rectangulaire, avec deux arcs latéraux et un arc double face à l’entrée du côté du Patio de Daraxa, qui fut fermé par les Chambres de l’Empereur (Chambres de Carlos V). Au-dessus des grandes fenêtres il y a plusieurs arcs en ogive de muqarnas,

Arc à mouqarnas de la salle du même nom.

Le stuc: moyen décoratif le plus largement répandu dans le monde islamique par son caractère économique, pour la facilité avec laquelle il peut être façonné – Il permettait de recouvrir une superficie pauvre ou mal finie…

Le Palais du Portal ou Tour des Dames

Jadis, cette partie était occupée par de somptueuses résidences où vivaient les plus illustres familles de l’Alhambra – Ici, aussi, se trouvent les plus belles tours qui par leur richesse intérieure ressemblent à de petits palais.

Le Généralife

Malheureusement par un temps exécrable. !! .. la visite s’est faite bien trop rapidement !
Palais et espace d’agrément, indépendant de l’Alhambra, utilisé par les Rois Nasrides comme lieu de retraite et lieu de repos.
Il faut imaginer, le sultan et sa suite, passant l’été dans ce lieu de fraîcheur ,  fleuri.

La visite de 3 heures fut bien trop courte, .. la présence d’un guide pour quatre français a été un régal.
Le guide était africainmusulman, de nationalité espagnole,… il pouvait représenter l’esprit de cette époque mauresque, où, une mixité de tout et tous, dans la tolérance a fait naître le meilleur !!! 

Je joins deux galeries, car le temps de chargement des photos,  en trop grand nombre,  pourrait être bien trop long !!! 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This